Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 10:22

evroux. Face à des conditions d'hébergement et de soins jugées indignes, les familles des pensionnaires de la maison de retraite passent à l'attaque.

L'hôpital de Levroux : un Ehpad en grosse difficulté. L'hôpital de Levroux : un Ehpad en grosse difficulté. - (dr)

Les uns continuent à lui donner le nom d'hôpital. Les autres, un peu plus au fait des sigles en vigueur, l'appellent Établissement hébergeant des personnes âgées dépendantes (Ehpad). Mais pour la cinquantaine de familles qui viennent d'envoyer un courrier au président de la République, au ministre de la Santé, au président du Conseil général de l'Indre et à l'Agence régionale de la santé, l'établissement levrousain - qui accueille plus de 200 personnes âgées souffrant pour un certain nombre d'entre elles de la maladie d'Alzheimer - est surtout devenu un mouroir aux conditions d'hébergement et de soins indignes.
« Notre propos n'est surtout pas d'incriminer les compétences et la bonne volonté du personnel », soulignent en choeur Éliane Lebeau, Marie-Thérèse Caumon, Yvette Deschatrette et Marie-Christine Berton. Venant de lieux et d'univers socioprofessionnels différents, ces femmes ont un seul point commun : leurs mamans sont pensionnaires à l'hôpital de Levroux. Leurs témoignages sont bouleversants.
« Cet endroit n'a jamais été un palace. Mais nos parents étaient accueillis dans des conditions dignes. Depuis quelques mois, la situation se dégrade. La raison en est simple : la fin des contrats emplois aidés (CAE). On en comptait vingt-huit, en avril. Il n'en reste plus que quatre ou cinq qui prendront aussi prochainement fin. Pour les soignants et employés encore en place, la charge de travail a été démultipliée. Mais il est impossible de tout faire. »

'' Toilettes dégoûtantes ''

« L'autre jour, j'ai retrouvé un mouchoir plein d'excréments dans les lavabos. » « Les toilettes sont dégoûtantes. » « Dans les chambres, le ménage est fait une fois par semaine. » « J'ai découvert ma mère avec du vomi séché sur les vêtements. » Accablant. Le petit groupe de femmes a bien raison de parler de maltraitance institutionnelle. Du côté du portefeuille, ce n'est pas de dégradation dont il faut parler mais d'inflation : le coût d'hébergement pour la maman de Marie-Thérèse Caumon était de 1.399,96 € mensuels en juillet 2009. Il est passé à 1.438,09 € en juillet 2010. Puis à 1.497,30 € en juillet 2011. « Mais où passe notre argent ? »
Face à un tel délabrement général, les familles ont décidé de passer à l'action. Après les courriers, elles envisagent la création d'un comité de soutien. « Il faut aussi avertir le conseil municipal et la population levrousaine. Des tracts vont être rédigés en ce sens. Et il ne faut pas espérer un mieux avec l'ouverture prochaine de l'unité Alzheimer, baptisée Le Cantou. Quatre postes vont certes êtres créés. Mais cinq autres vont devoir être pris sur le personnel de l'hôpital. Et pour une facture encore supérieure : l'ouverture du Cantou va en effet générer une augmentation de 3 € par jour pour l'ensemble des pensionnaires de l'établissement. »

Partager cet article

Repost 0
Published by violence à l'hôpital - dans VIOLENCE A L'HOPITAL
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens