Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 18:06

  INTRODUCTION

Près de 2000 personnes souffrent actuellement de graves maladies neurologiques, ou sont décédés, et les victimes (ou leur héritiers) accusent le vaccin contre l’hépatite B (Eric GIACOMETTI, La santé Publique en otage, Ed. Albin Michel).

Des plaintes pour empoisonnement et administration de substances nuisibles à la santé ont été déposées, notamment à l’encontre de ceux qui ont obligé les victimes à recevoir un vaccin tant inefficace que dangereux. Elles sont actuellement centralisée chez un Juge d’Instruction à Paris.

Malheureusement, une étude approfondie de cette question, montre que tous les vaccins sont concernés, et pas seulement celui contre l’hépatite B.

Alors que la quasi-totalité des pays d’Europe a supprimé les vaccins obligatoires, la France (1er pays producteur mondial de vaccins), en a maintenu 4, malgré les protestations de millions de scientifiques de tous bords, criant à l’empoisonnement collectif, devant leur dangerosité, et surtout leur inefficacité.

Voilà plus de 20 ans, que des médecins, biologistes, etc., du monde entier, tentent d’alerter les pouvoirs publics pour leur donner des informations extrêmement graves concernant les vaccins :

  • - Des épidémies de coqueluche aux U.S.A. ont atteint des centaines d’enfants vaccinés contre la coqueluche,
  • - Des épidémies de polio dans le monde entier ont touché des milliers de personnes, pourtant correctement vaccinées,
  • - En 1993, 100 infirmières des Hôpitaux de Paris, atteintes de tuberculoses, avaient toutes reçu le B.C.G. ...

  Des scientifiques du monde entier semblent dire aujourd’hui :

  • - Que les produits appelées « vaccins » seraient totalement inefficaces,
  • - Qu’ils seraient dangereux, responsables de scléroses en plaques, encéphalites, méningites, maladies neurologiques :
  • Fabriquée avec du sérum de veau, des cellules cancérisées, et de l’hydroxyde d’aluminium, à des doses 30 fois supérieurs au seuil maximum de toxicité, ainsi que de dérivées du mercure, ils ont pour effet général de baisser nos défenses immunitaires, et pourraient être liées à l’apparition du Sida.
  • - Que souvent, même, ils nous transmettraient les maladies qu’il sont censés prévenir !
  • - Que l’on nous aurait menti depuis 50 ans au moins, pour des raisons sordides et honteuse, en nous faisant croire, notamment que les vaccins auraient enrayés les épidémies.

  Or, il semblerait que l’arrêt des épidémies n’ait rien à voir avec les campagnes de vaccination.

Ainsi, 1200 personnes ont été victimes de la Polio en France, en 1956, année où la campagne de vaccination a débuté. Et en 1957, la France a connu plus de 4000 cas.

Personne, d’ailleurs, n’est capable d’expliquer pourquoi les épidémies de peste et de choléra du Moyen Âge, de suette picarde (qui a sévi de 1718 à 1906), et plus récemment, de scarlatine, se sont arrêtées sans vaccin, et sans décimer toute l’humanité...

  Ces informations sont extraites de nombreux articles de presse et des ouvrages suivantes :

  1. - La mafia médicale, (Dr G. LANCTOT), Ed. Voici la clé,
  2. - La dictature médico-scientifique, (Sylvie SIMON), Ed. Filipacchi,
  3. - Vaccination erreur médicale du siècle, (Dr L. De BROUWER), Ed. Louise Courteau,
  4. - Danse avec le diable (G. SCHWAB), Ed. Courrier du livre,
  5. - Dossiers sur le gouvernement mondial, (A. MEUROIS-GIVAUDAN), Ed. Amrita,
  6. - La guerre des virus, (L. HOROWITZ), Ed. Félix,
  7. - Au cœur du vivant, (J. BOUSQUET), Ed. Saint Michel,
  8. - Le malade déchaîné, (R. BICKEL), auto édité,
  9. - Les chemins de la souveraineté individuelle, (R. BICKEL), auto édité,
  10. - Vaccinations : l’Overdose, (Sylvie SIMON), Ed. Déjà,
  11. - Tétanos, le mirage de la vaccination, (F. JOET), Ed. Alis,
  12. - Pour en Finir avec Pasteur, (Dr Eric ANCELET), Ed. Marco Pietteur,
  13. - La santé confisquée, (Mirko et Monique BELJANSKI), Ed. Compagnie,
  14. - La lumière médicale, (Dr Norbert BENSAÏD), Ed. le Seuil,
  15. - Mon enfant et les vaccins, (Dr F. BERTHOUD), Ed. Soleil,
  16. - On peut tuer ton enfant, (Dr P. CHAVANON), Ed. Médicis,
  17. - Vaccination, Social Violence ans Criminality, North Atlantic Books, Berkley 1990,
  18. - A shot in the dark, (Dr HARRIS et B Loe FISHER), Avery Publishing group, 1991,
  19. - Les Vérités indésirables,
  20. - Le cas Pasteur (Archives Internationales Claude BERNARD), Ed. La Vieille Taupe, 1989,
  21. - L’intoxication vaccinales, (F. DELARUE), Ed. Le Seuil, 1977,
  22. - La rançon des vaccinations, (Simone DELARUE), Ed. LNPLV, Ed 1988,
  23. - Live viral vaccine, biological pollution, (Pr R DELONG), Cartlon Press Corp, New Yorl, 1996,
  24. - L’intox, quelques vérités sur vos médicaments, (Dr Bruno DONATINI), Ed. MIF,
  25. - Adverse effects of Pertussis and Rubella vaccines, Washington DC National Academy Press, 1991,
  26. - Des lobbies contre la santé, (Roger LENGLET), Ed. Syros,
  27. - La médecine retrouvée, (Dr ELMIGER), Ed. Léa,
  28. - Vaccinations : prévention ou agression ?, (M. Th. QUENTIN), Ed. Vivez Soleil,
  29. - Des enfants sains même sans médecin, (Dr R. MENDELSOHN), Ed. Soleil 1987,
  30. - Immunisation, Theory versus reality, New Atlantean Press, 1996,
  31. - La poliomyélite, quel vaccin ? quel risque ?, (Dr Jean PILETTE), Ed. de l’Aronde, 1997,
  32. - LA catastrophe des vaccins obligatoires, (Pr TOSSOT), Ed. de l’Ouest, 1950,
  33. - Les dessous des vaccinations, (Dr SCOHY), Ed. Cheminements,
  34. - Tuberculose et vaccin B.C.G., (Pr GRIGORAKI),
  35. - Le tabou des vaccinations. Danger des vaccins, thérapies naturelles de prévention des maladies infectieuses, (Miller Schär MANZOLI),
  36. - Déjà vacciné ? Comment s’en sortit ?, (Dr A. BANOIS - Sylvie SIMON),
  37. - Vaccinations : le droit de choisir, (Dr F. CHOFFAT), Ed. Jouvence,
  38. - 12 balles pour un veto, (Dr QUIQUANDON), Ed. Agriculture et Vie, 1978,
  39. - Les radis de la colère, (J.-P. JOSEPH, Avocat à Grenoble), Ed. Louise Courteau,
  40. - Vaccinations, les vérités indésirables, (Pr GEORGET), Ed. DANGLES, préface du Pr CORNILLOT, Doyen de la Faculté de Médecine de Bobigny,
  41. - Nous te protègerons, (Dr Jean PILETTE), Ed. Daxhelt,
  42. - La faillite du B.C.G., (Dr Marcel FERRU, Pr honoraire de clinique médicale infantile), Ed. Princeps,
  43. - La Santé Publique en otage, (Eric GIACOMETTI), Ed. Albin Michel,
  44. - Vaccin Hépatite B : Les coulisses d’un scandale, (Sylvie SIMON et Dr Marc VERCOUTERE), Ed. Marco Pietteur.

Aucun de ces ouvrages, largement diffusés tant en France qu’à l’étranger, n’a fait l’objet du moindre procès, ni même du moindre démenti. La lecture de simples citations extraites de ces ouvrages, conduit tout lecteur, à la conclusion incontournable, suivant laquelle les enfants sont victimes d’un empoisonnement collectif, et qu’il est plus que temps de réagir.

En outre, tous les ans, des centaines de médecins, adressent des pétitions au Ministère de la Santé, afin que cesse ce qu’ils considèrent être un véritable empoisonnement collectif n’ayant pour but que le profit, et surtout pas la SANTE... PUBLIQUE.

Ces médecins dénoncent le fait que la quasi-totalité de leurs confrères est dans l’ignorance totale de ces informations, car l’information médicale en France passe entièrement par les laboratoires pharmaceutiques.

Ces médecins indiquent également qu’une vaccination n’est pas un acte banal, et qu’un certain nombre de précautions sont, de toutes manières, obligatoires (arrêté du 28 février 1952).

Il faut en effet, préalablement à tout acte vaccinale, que le sujet fasse l’objet d’un bilan clinique et biologique à savoir :

  1. a) Iconogramme complet, dosage de l’urée
  2. b) Lipidogramme
  3. c) Bilan endocrinien
  4. d) Titrage de tous les anticorps spécifiques aux vaccinations éventuelles déjà subies
  5. e) Test de dépistage du Sida et des différentes hépatites
  6. f) Electrophorèse et immunophorèse des protéines sériques, de manière à avoir une image globale des capacités ou incapacités éventuelle de l’organisme à fabriquer les anticorps
  7. g) Bilan radiologique :
  8. - Radiographie panoramique dentaire, ceci dès qu’il y a au moins une dent dévitalisée.
  9. - Radiographie pulmonaire, pour éliminer toute image de tuberculose pulmonaire.

Or, jamais un seul de ces teste n’est proposé aux enfants, ce qui procède d’une négligence criminelle.

Bien que ces éléments soient publics, et notoires depuis au moins 10 ans, aucun scientifique n’est encore venu les contredire, les vaccinalistes se content de répéter, comme une litanie religieuse, que les vaccins auraient enrayé les épidémies.

Déjà le 5 décembre 1957, 101 Députés Socialistes déposaient une proposition de Loi tendant à abroger l’obligation vaccinale. Parmi eux MM. DEFFERRE, CAPDEVILLE, PROVO, SAVARY.

La France est le seul pays d’Europe à avoir 4 vaccins obligatoires. Aussi, comme par hasard, le pays qui compte le plus de cas de tuberculose et de tétanos, mais c’est le 1er pays producteur de vaccins du monde...

En outre, certaines vaccins, obligatoires en France sont interdits dans d’autres pays de la C.E.E. (Grande-Bretagne, par exemple) vu le nombre de victimes paralysées à vie qu’ils ont faits.

L’on sait pourquoi aujourd’hui lorsque les Américains ont entrepris, en 1918, de vacciner les habitants des Philippines contre la variole, le taux des personnes atteintes est alors passé de 10% de la population, à 65% en quelques mois.

L’on sait également (par les écrits des collaborateurs de PASTEUR) que le chien qui avait mordu le petit Jospeh Meister, vacciné par PASTEUR, avait également mordu toute la famille Meister qui n’a été ni vaccinée, ni malade. L’on sait que lorsque les Américains se sont rendus compte, dans les années 1960, que 75% des gens atteints de la polio, étaient correctement vaccinés (Vaccin Salk), les symptômes officiels de la polio ont été modifiées, ce qui fait que tous les nouveaux cas allaient être appelées : encéphalites, méningites, etc. Ce qui a donné l’illusion que le vaccin avait enrayé l’épidémie.

Nous ne pouvons donc plus nous contenter aujourd’hui de nous retrancher derrières des obligations de réserve, faute de quoi nous serions obligés de constater que le procès PAPON n’a servi à rien.

(Rappelons-nous Maurice PAPON, à qui la Cour d’Assises de Bordeaux a reproché d’avoir, en sa qualité de Préfet de Police pendant l’occupation allemande, fait déporter des centaines de juifs, et qui, pour sa défense, a dit qu’il n’avait fait qu’appliquer la Loi...).

 Tout citoyen a, aujourd’hui, à partir du moment où il sait, le devoir de prendre une position.

  Les conséquences que l’on peut tirer de l’ensemble de ces informations sont les suivantes :

  • - Un vaccin est une substance « préparée à partir de microbes, virus ou parasites qui, inoculés à un individu, lui confèrent une immunité contre le germe correspondant ».
  • - Les substances inoculées aux enfants contre leur gré et celui des parents, sont, de toute évidence, des substances qui ne confèrent pas l’immunité, puisque les scientifiques nous démontrent aujourd’hui que de nombreux enfants vaccinés, ont néanmoins contracté la maladie.
  • - Les substances, en outre, sont toxiques, puisqu’elles entraînent des effets secondaires graves, parfois mortels.
  • - Ces substances ne sont donc pas des « vaccins », au sens scientifiques du terme.
  • - Le fait de refuser d’administrer des produits inefficaces et toxiques à des enfants ne peut donc s’assimiler à une privation de soins, ou une mise en danger de la vie d’autrui.
  • - Bien au contraire, le fait d’imposer l’administration de produits toxiques inutiles à des enfants constitue le délit de mise en danger de la vie d’autrui, et peu, à long terme, constituer le crime d’empoisonnement ou administration de substances nuisibles.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens