Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 10:59

Dans la nuit de samedi à dimanche, une jeune femme enceinte de quatre mois a été violée par un interne. Digne autant que courageuse, elle témoigne

« Je n'arrive pas à me regarder dans un miroir. La nuit, quand vient l'heure, mon corps le ressent encore ». Marie (1) ne prononce pas le mot. Elle ne décrit plus la scène. Cette jeune mère de famille pense avant tout à l'enfant qu'elle porte.
« Je ne sais pas comment j'ai fait pour me libérer de lui. Mais jamais je n'aurais eu ce courage sans ma petite fille et mon bébé. »
Samedi soir, lorsqu'elle passe les portes des urgences de l'hôpital de Troyes, Marie est affaiblie. « Depuis le début de ma grossesse, j'ai perdu six kilos. Quand j'arrive au centre hospitalier, je suis épuisée et j'ai peur. Après trois césariennes, je sais que c'est mon dernier enfant. Mon corps n'en supportera pas plus. »
Il est près de 21 h, lorsque l'interne se présente à elle. « Avec le recul, je me rends compte qu'il a tout orchestré. il connaissait beaucoup de moi par mon dossier médical. Mais il était tellement prévenant, tellement gentil. Il prenait soin de m'écouter. »
Attentif et compétent, c'est aussi ce que diront ses collègues.
« J'ai apprécié cette sensation d'être chouchoutée. Il est allé jusqu'à m'accompagner dans ma chambre aux côtés de ma mère. En fait, il me mettait en confiance et je ne me suis pas méfiée. » Face aux infirmières, c'est le choc. « Le protocole est très strict. Je ne dois pas recevoir de visite, ni répondre au téléphone et rester dans le noir. Je suis en larmes tant il m'est difficile d'envisager de ne pas voir ma petite fille de 4 ans durant plusieurs jours. »
Marie est profondément démoralisée lorsque le médecin entre dans sa chambre. Il est près de minuit.

 

Retrouver l'intégralité du témoignage dans votre journal du jour

Partager cet article

Repost 0
Published by violence à l'hôpital - dans VIOLENCE A L'HOPITAL
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens