Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 15:16

 

Le Rivotril° buvable (clonazépam) est un des médicaments les plus utilisés pour endormir quelqu'un à son insu à des fins criminelles. Il est désormais coloré en bleu pour réduire ce risque.

Depuis fin 2012, la solution buvable de clonazépam (Rivotril°) contient un colorant bleu afin de limiter son utilisation à des fins criminelles. Selon l'Agence française des produits de santé (ANSM), ce médicament autorisé dans le traitement de l'épilepsie est l'une des substances les plus souvent retrouvées dans les utilisations criminelles d'un médicament, telles que des viols, ou des vols. D'autres benzodiazépines ou apparentés comme le bromazépam (Lexomil° ou autre) et le zolpidem (Stilnox° ou autre) sont souvent retrouvées, et dans une moindre mesure des antihistaminiques H1 tels que l'hydroxyzine (Atarax°).

En 1998, un colorant vert a été ajouté dans les comprimés de flunitrazépam (Rohypnol°) : cela a contribué à réduire l'utilisation de cette benzodiazépine à des fins criminelles.

La coloration de la forme liquide de clonazépam, plus facile à dissimuler dans une boisson qu'une forme en comprimé est bienvenue. Toutefois, cette mesure n'empêche pas toute utilisation criminelle car la coloration bleue est facilement dissimulable dans un liquide foncé ou un cocktail déjà coloré.

Par ailleurs, il est urgent de mettre à disposition des patients et des soignants un conditionnement muni d'un bouchon-sécurité, afin d'éviter une ingestion accidentelle par des enfants.

©Prescrire 1er avril 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens