Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 17:18

Que plus tard lorsqu’une infirmière des urgences ou je vais resté quatre jours, parce qu’il n’y a pas de place en neuro, vient pour faire ma toilette, me tartouiller de savon avec son téléphone dans une main, et me laisse là, nue sur mon lit, à la vue de tout le monde, parce que c’est bien les baies vitrées, on peut tout surveiller, surtout quand la porte reste ouverte, parce que l’infirmière doit partir en courant pour je ne sais quoi, en me laissant là, barbouiller de savon qui pue en plus, toute pleine de mousse, séchée comme un hareng, le savon sèche, pique et craque, je me sens comme une vieille peau de serpent toute craquelée, mais bon, elle court, elle court l’infirmière. Et je reste la, nue à verser des larmes de honte.

 

Que les nuits soient agitées, cauchemardesques, parce qu’un défilé incessant, de sdf, des gars qui ont été ramassé ivre mort dans la rue, que les bagarreurs alcoolisés de la nuit, font un chahut pas possible, qu’ils crient, hurlent  se rebellent contre les policiers qui sont plus nombreux dans le services que les infirmières, qu’ils crachent partout et sur le personnel, que parce qu’ils sont en manque de cigarettes ils se vengent en faisant leurs besoins dans le couloir, que vous êtes terrorisées par toutes cette agitation, que vous n’avez qu’une peur c’est qu’un de ces gars rentre dans votre box, parce qu’ils ne se gênent pas pour jeter un œil sur vous, on ne les menaces pas eux de les attacher, pour ne pas envenimer les choses, que moi j’ai peur que l’on m’attache et qu’un de ces types me saute dessus, j’ai peur,  et puis qu’ils se parlent tous comme de vieux potes, en se tutoyant, en s’appelant par leur prénom, j’apprendrais plus tard, parce que je me suis quand même posées quelques questions, que ce sont presque toujours les mêmes gars avec les mêmes problèmes, et que pour ne pas que cela dégénère, le personnel fait copain copain. Mais bon, je veux bien, je veux bien le comprendre, mais qu’on me laisse là, sécher comme un hareng, nue, et qu’en plus on me demande de la fermer sous peine d’être attachée, là j’ai du mal.

Partager cet article

Repost 0
Published by violence à l'hôpital - dans TEMOIGNAGES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens