Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 12:56

Un aide-soignant d'une maison de retraite du Haut-Rhin a été mis en examen pour le viol d'une pensionnaire nonagénaire de l'établissement. Alors que les faits divers de ce type se multiplient, la gérontophilie reste un tabou en France.

Après le viol d'une pensionnaire d'une maison de retraite du Haut-Rhin par un aide-soignant, beaucoup d'interrogations se lèvent sur cet acte.

Après le viol d'une pensionnaire d'une maison de retraite du Haut-Rhin par un aide-soignant, beaucoup d'interrogations se lèvent sur cet acte. Crédit Reuters

Atlantico : Alors qu'un aide-soignant d'une maison de retraite du Haut-Rhin a été mis en examen pour le viol d'une pensionnaire nonagénaire de l'établissement, beaucoup s'interrogent sur les raisons de son acte. La gérontophilie est-elle l'un des derniers tabous de notre société?

Jean-Roger Dintrans: On en parle peu car en premier lieu, ce n'est pas très répandu et puis, effectivement, la société la condamne. C'est presque interdit d'aimer faire l'amour avec des gens plus vieux. Cette gérontophilie dérange car l'érotisme dans nos sociétés est lié à la beauté physique, à une perfection plastique, loin, très loin de la peau "fripée" des personnes âgées. Il y a un antagonisme très fort entre vieillesse et érotisme. La mort se profile derrière les personnes âgées, elles réveillent de réelles angoisses de mort. Leur faire l'amour apparaît donc presque surnaturel. La proximité d'une fin de vie met mal à l'aise. Comment associer dans la tête des gens le sexe et la mort ? C'est impossible, ça ne peut exister. A cela s'ajoute l'image de parents que véhicule les anciens. On sait à quel point la sexualité parentale dérange la génération d'en dessous. Il y a une vraie condamnation morale. Le tabou donc est clairement double.

Des viols ont été perpétrés sur des personnes âgées. Cette gérontophilie agressive a t-elle lieu essentiellement dans des hôpitaux ou des maisons de retraites ?

Il faut arrêter avec ces idées préconçues. Les maisons de retraites ont des défauts, mais ce ne sont pas non plus des maisons closes. Cette gérontophilie sous forme d'agression existe mais reste un épiphénomène. Le problème des maisons de retraites, c'est surtout la façon dont elles brident la sexualité. La plupart des relations sexuelles avec des personnes âgées ont lieu en dehors de ces institutions. A l'époque, on disait "allez au Fouquet's voir la femme âgée attendre le minot".  Il y a trente ans, on parlait de gérontophilie là où aujourd'hui, on parle de cougars. Comme quoi, le curseur a bien évolué et c'est pareil aujourd'hui. Il y a beaucoup de femmes et d'homme de 70, 80 ans qui aiment les personnes plus jeunes et inversement. Ce sont la plupart du temps des relations consenties.

Comment expliquer ces goûts pour les gens plus âgés?

Il y a clairement une image paternelle ou maternelle. Cela concerne surtout les personnes aimant faire l'amour avec des gens de cinquante ans environ. Quand les signes physiques accusent l'âge, on peut toujours parler de ce côté œdipien mais on parle parfois d'un défi à la mort. On peut y voir un déni de la mortalité, une façon de réparer en donnant du plaisir aux gens qui en sont démunis. Certains se délectent aussi de flirter avec la mort, mais là on vire un peu dans le glauque. Quoiqu'il en soit, je ne pense qu'on soit dans l'excitation érotique au sens propre, c'est plus subtil voire de l'ordre de l'expérience.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans VIOLENCE A L'HOPITAL
commenter cet article

commentaires

Damien Droué 03/10/2012 11:38


C'est clair qu'il y a un vrai tabou sur la gérontophilie.J'ai moi même écris un article là dessus tellement ça m'a interpelé.La pédophilie est bien reconnue, mais bizarrement, les vieux on s'en
soucie un peu moins, c'est bien triste.

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens