Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 19:48

Aujourd'hui, il existe deux médicaments pour arrêter de fumer, disponibles sur ordonnance : le bupropion et la varénicline. On les connaît sous les noms de Zyban et Champix : ces médicaments ont beaucoup fait parler d'eux, certains les présentent comme des produits miracles et d'autres comme des poisons plus dangereux encore que le tabagisme. Voici des informations qui vous permettront d'y voir plus clair.

Le bupropion : l'anti-dépresseur mystérieux

A l'origine, le bupropion a été conçu pour traiter la dépression, mais on a découvert qu'il aidait les gens à arrêter de fumer. D'ailleurs, l'action précise de ce médicament sur le cerveau et l'arrêt du tabac n'est pas encore très bien déterminée. Les spécialistes de la question suggèrent qu'il affecterait les zones du cerveau impliquées dans le phénomène d'addiction.

Le bupropion se présente sous forme de comprimés, à prendre une à deux fois par jour, selon l'ordonnance du médecin. Ce médicament n'agit qu'après plusieurs jours, c'est pourquoi il faut commencer le traitement une à deux semaines avant d'arrêter de fumer. On le prescrit généralement pour une durée de 7 à 9 semaines.

Il est contre indiqué dans les cas de grossesse ou d'allaitement, d'anorexie et de boulimie, de tumeur du système nerveux central, et de cirrhose du foie. Sachez qu'il est également déconseillé aux personnes qui présentent des troubles tels que l'épilepsie, la cyclothymie et la bipolarité, ainsi qu'aux diabétiques et aux alcooliques, car le bupropion accroît chez elles les risques de crise.

Pour compléter la liste des effets secondaires, il convient de rajouter que ce médicament peut laisser la bouche sèche, provoquer des maux d'estomac, des troubles du sommeil, des migraines et des difficultés de concentration. Il peut aussi causer des somnolences.

Côté résultats, une étude menée en 2006 comptait un taux d'abstinence de 15%  dans le groupe traité au bupropion (Zyban) après 12 mois, contre 10% dans le groupe placebo qui recevait un faux traitement sans produit actif. Chacun y lira ce qu'il veut. Cependant, il semble qu'une augmentation de 5% des arrêts par rapport à ceux qui parviennent à arrêter sans médicament puisse nuancer la nécessite d'y avoir recours.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens