Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 17:50


Des personnes âgées hospitalisées à Gisors ont été victimes de maltraitance de la part d'aides-soignantes. Des photos dégradantes ont notamment été retrouvées.

Les deux aides-soignantes pourraient faire l'objet de poursuites disciplinaires. Les deux aides-soignantes pourraient faire l'objet de poursuites disciplinaires.. PHOTO/Photo AFP

Des personnes âgées hospitalisées à Gisors (Eure) ont été victimes de maltraitance de la part d'aides-soignantes, a-t-on indiqué hier de source proche du dossier. Les faits signalés en mars dans l'unité de soins de longue durée de l'Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) sont suffisamment inquiétants pour que le Défenseur des droits, alerté, y ait missionné quatre personnes en avril, indiquait le quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France hier.

Décrivant des "images indignes, dégradantes, humiliantes de personnes âgées en établissement", la ministre déléguée chargée des Personnes âgées, Michèle Delaunay a estimé qu'il s'agissait d'un "cas isolé". Mais "quand il y a maltraitance, n'ayons aucune complaisance", a-t-elle ajouté.

L'Agence régionale de santé (ARS) a été saisie et une enquête de gendarmerie est en cours, selon la source proche du dossier.

En mars, un proche d'une des aides-soignantes en cause dans cette histoire avait alerté la direction de l'hôpital. Sur place, les enquêteurs du Défenseur des droits ont retrouvé cinq photos de pensionnaires, qui auraient prises fin 2009-début 2010 et qui sont attentatoires à la dignité de ces personnes, selon Le Parisien/Aujourd'hui en France. Les patients concernés sont soit très gravement handicapés, soit très âgés et souvent séniles. Tous sont placés sous tutelle.

La mission est remontée jusqu'à deux aides-soignantes. "Pendant longtemps, l'équipe soignante, dans ce service, a fonctionné en totale autarcie", a résumé un enquêteur. "Il y a plus grave: un rapport rédigé en 2010 par un cadre de l'établissement, signalant sans équivoque des faits de maltraitance, était resté lettre morte", précise Le Parisien. L'actuelle direction - qui n'était pas en poste au moment des faits - a suspendu les agents incriminés.

Dans le rapport qu'il vient d'envoyer à Mme Delaunay, le Défenseur des droits recommande d'engager des poursuites disciplinaires, d'interdire aux aides-soignantes mises en cause d'être à l'avenir en contact avec des personnes vulnérables, mais aussi qu'une réflexion soit conduite sur le management interne.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans VIOLENCE A L'HOPITAL
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens