Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 21:01

 

L’usage des benzodiazépines peut provoquer l’apparition d’effets secondaires et/ou paradoxaux conduisant souvent à une mauvaise interprétation de l’état de santé du patient, qui implique le maintien d’un traitement inadapté.

 

 Indications

Traitement d’appoint des contractures musculaires douloureuses. Ce médicament ne doit pas être utilisé dans le traitement des crampes : l’effet des benzodiazépines sur les spasmes n’est obtenu qu’à partir de doses élevées à l’origine d’effets secondaires parfois importants.

  • Anxiété sous toutes ses formes
  • Troubles fonctionnels
  • Insomnies
  • Intoxications alcooliques et prévention du sevrage
  • Prévention des convulsions, essentiellement celles d’origine hyperthermique (par élévation importante de la température corporelle) en pédiatrie (suppositoires).
  • Urgence neuropsychiatrique (forme injectable) pour les crises d’angoisse, le delirium tremens, l’agitation, le délire (d’origine alcoolique ou autre), l’épilepsie
  • Préparation à l’endoscopie et aux interventions chirurgicales
  • Épisodes de tétanie
  • Épilepsie
  • Contractures d’origine musculaire s’accompagnant de douleurs importantes

 Posologie

  • La posologie varie de 1 à 18 mg par jour et dépend de la pathologie elle-même et du patient.
  • Habituellement la dose prescrite est de 6 mg par jour réparti en un quart de comprimé le matin, un quart de comprimé le midi et un demi comprimé le soir.
  • Quelquefois la posologie est de 8 mg par jour pour les formes graves, mais la dose minimale efficace doit toujours être recherchée.
  • Certains patients se contentent d’un quart de comprimé le matin de manière régulière. Dans ce cas il est nécessaire d’envisager d’arrêter le traitement en demandant un avis médical.

 Contre-indications

  • Hypersensibilité aux benzodiazépines
  • Insuffisance respiratoire sévère
  • Apnée du sommeil
  • Insuffisance hépatique sévère
  • Myasthénie : fatigabilité anormale des muscles s’accompagnant d’un épuisement progressif de la force musculaire générale
  • En cas de grossesses et d’allaitement les benzodiazépines sont déconseillées.
  • Les fortes doses des benzodiazépines au cours des six derniers mois peuvent entraîner des effets délétères sur le foetus.
  • À la fin de la grossesse un traitement par benzodiazépines, même à faible dose, est susceptible d’entraîner des effets indésirables chez le nouveau-né. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire d’envisager une surveillance médicale stricte de celui-ci durant une à trois semaines selon les individus.
  • Étant donné que les benzodiazépines passent dans le lait maternel ce médicament est déconseillé durant l’allaitement.

 Effets indésirables

  • Somnolence
  • Baisse de la tonicité musculaire
  • Amnésie
  • Sensation ébrieuse
  • Chute de la tension artérielle
  • Irritation des gencives
  • Convulsion
  • Agressivité
  • Syndrome de sevrage : anxiété, insomnies, crampes, tremblements et dépendance
  • Possibilité d’une sécrétion accrue au niveau des bronches
  • Allergie (rares)

 Précautions d’emploi

L’attention est attirée chez les conducteurs de véhicules (risque de somnolence). L’arrêt des benzodiazépines doit s’effectuer progressivement.

On constate quelquefois une aggravation de l’insomnie à l’arrêt du traitement (rebond d’insomnies), avec parfois cauchemars. La prise benzodiazépine peut être à l’origine d’irritabilité, d’accès de colère, de nervosité, d’agitation, d’idées délirantes, d’hallucinations surtout chez l’enfant.

 Grossesse et allaitement

Molécule déconseillée pendant la grossesse et l’allaitement.

 Commentaires

  • Les benzodiazépines doivent être prises avec précaution chez les personnes âgées et chez les personnes souffrant d’insuffisance hépatique ou d’insuffisance rénale.
  • Ce médicament n’est pas adapté pour les patients souffrant de dépression qui nécessiteront sans doute un médicament de type antidépresseur.
  • Les benzodiazépines, prises sur une longue période, risquent d’entraîner une dépendance. Ce risque est d’autant plus important que la personne absorbe concomitamment d’autres médicaments mais aussi de l’alcool.
  • Il ne faut jamais arrêter brutalement la prise de benzodiazépines sinon on s’expose à un syndrome de sevrage qui se traduit par l’apparition d’anxiété, d’irritabilité, d’agitation, d’insomnies, de maux de tête, douleurs musculaires, d’hallucinations et de tremblement éventuellement.
  • Pour arrêter un traitement à base de benzodiazépines il faut prendre un avis médical ou demander un conseil à son pharmacien éventuellement. Néanmoins si l’on désire arrêter ce type de traitement il faut le faire très progressivement en espaçant les prises que l’on diminue également.

Il s’agit d’un médicament qui est susceptible d’entraîner une somnolence parfois très importante chez certaines personnes. C’est la raison pour laquelle l’utilisation d’un véhicule, sous traitement par benzodiazépine ou Bromazépam (qui est une autre benzodiazápine) par exemple est contre-indiquée. Il en est de même pour la conduite et l’utilisation des machines dangereuses.

L’absorption de benzodiazépine est aussi dangereuse que l’absorption d’alcool quant on conduit un véhicule.

L’état d’anxiété nécessite le plus souvent une consultation par un professionnel. C’est la raison pour laquelle il est conseillé de demander l’avis d’un psychothérapeute, d’un médecin, d’un psychologue ou d’un psychiatre.

Ce médicament est présent dans l’organisme durant 24 heures après sa prise. Il est prescrit de manière précise et ne doit pas être utilisé ultérieurement sans demander l’avis d’un médecin ou d’une personne compétente.

La durée de prescription des anxiolytiques doit être la plus courte possible. Parfois il est nécessaire de prolonger le traitement sur une longue période. C’est uniquement le médecin qui peut réévaluer de manière régulière en tenant compte les desiderata du patient.

Le patient soumis à un stress ou souffrant d’anxiété, doit avoir une meilleure hygiène de vie. C’est ainsi que l’activité physique, l’alimentation équilibrée et la diminution, voire l’arrêt, d’absorption de substances excitantes comme l’alcool, le tabac, le thé ou le café sont conseillées.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans LES PILULES DU MALHEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens