Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 18:36
Des boîtes de Mediator

Des boîtes de Mediator Fred Tanneau afp.com

SANTE – Selon une enquête du «Figaro»...

La rédaction du Figaro a consulté les PV d’audition des cinq personnes mises en examen mi-février dans le volet prise illégale d’intérêt de l’instruction sur le Mediator. Une enquête qui illustre les méthodes du laboratoire Servier. «Je pense que le mediator aurait pu être retiré en 2007 certainement, et peut-être même en 2005», affirme ainsi dans l’un de ces documents, Alain Le Ridant, le pharmacien responsable de Servier. Cette phrase met à mal la défense du laboratoire qui a toujours soutenu que le médicament n’aurait pas pu être retiré du marché avant 2009.

Mélange des genres

Mais le journal va plus loin. A partir des PV d’auditions des personnes mises en examen en février, les journalistes estiment avoir pu reconstituer les méthodes de Servier pour s’attirer les bonnes grâces des experts, notamment en recrutant chez les anciens.  Le laboratoire décide ainsi à l’époque de recruter Jean-Michel Alexandre, un homme clé dans le monde du médicament en France puisqu’il avait été président de la Commission d'autorisation de mise sur le marché avant de devenir, de 1993 à 2000, directeur de l'évaluation des médicaments.
 
«C'est Alain Le Ridant qui conseilla à Jacques Servier de prendre son vieil ami, camarade de promotion en médecine et en pharmacie, le Pr Jean-Michel Alexandre comme consultant. Il estime que ce recrutement est «pertinent (…) étant donné que je le considère comme l'un des meilleurs». En devenant conseiller du groupe Servier pour les nouveaux produits, Alexandre était donc au courant des nouvelles molécules et le laboratoire l'interrogeait sur les orientations cliniques. Alain Le Ridant confie d'ailleurs aux enquêteurs que son ami signalait parfois que tel ou tel médicament qui allait être déposé au niveau européen n'avait aucune chance de passer et qu'il fallait le compléter par une étude. L'expert indiquait alors quelles étaient les chances de réussite pour l'obtention de la mise sur le marché», écrivent les journalistes qui mulitplient ces exemples de mélange des genres.
 
Des extraits éclairants
 
Ainsi  Marie-Eve Abadie, épouse du Dr Éric Abadie, un diabétologue recruté en 1994 par Jean-Michel Alexandre à l'Afssaps pour son parcours au sein du syndicat de l'industrie pharmaceutique, est elle aussi entendue par les juges. Avocate spécialisée, elle a facturé 87.889 euros à Servier entre 2004 et 2008. «Lorsque les laboratoires Servier vous démarchent, savent-ils que vous êtes l'épouse de M. Abadie, chef de département à l'Afssaps en 2003?» Réponse: «Je n'en sais rien. Nous n'en avons jamais parlé.» Question: «Ne pensez-vous pas que les laboratoires Servier savaient que vous étiez l'épouse de M. Abadie et que ça pouvait être la raison pour laquelle ils faisaient appel à vous?» Réponse: «Je n'en sais rien. Ils ne m'ont jamais rien dit», peut-on lire sur le PV.
M.Go.

Partager cet article

Repost 0
Published by VIOLENCES A L'HOPITAL - dans DERIVE DE LA MEDECINE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • VIOLENCES VECUES A L'HOPITAL PAR LES PATIENTS
  • : - Les violences morales : ordres, interdictions, reproches, indifférence, privation de visites, humiliation, infantilisation… - les violences par excès par négligences : absence de prise en compte de la douleur, acharnement thérapeutique, excès de médicaments… - les violences physiques : toilettes imposées, cris, gifles, sévices sexuels… - les violences matérielles : vols d’agent ou d’objets, matériel non adaptés… - le non-respect du consentement : cette question et ce
  • Contact

Présentation

Recherche

Archives

Liens